Georges Riguet  > Son oeuvre  > Poèmes 

L'ÂME DU MORVAN


ART LITTERAIRE

BOURGOGNE, SOL JOYEUX...

CANTILENE RUSTIQUE

CE BEAU TEMPS D'AUTOMNE

CHANSON D'ÉTÉ

CHÈRE SOUVENANCE

CIVILISATION

CYCLAMENS

DOUCES RACINES

IN MEMORIAM...

JE CROIS T'AVOIR TOUJOURS CONNUE

LA FORET

LA JOLIE RUE

LE BALLON

LE BONHEUR

LE CHEF DE GARE

LE CRAPAUD

LE DOMAINE INCONNU

LE PAYS D'OÙ JE VIENS

LE PAYS NATAL

LE PRINTEMPS QUI S'ÉVEILLE

LES HEURES

LES VIEUX CHEMINS

NOVEMBRE

PAPILLON D'ÉTÉ

PAREIL AU VENT

POUR LES DEFUNTS DE LA PAROISSE

REVE D'ECOLIER

SOIR AU VILLAGE

SUR UN AIR DE VIELLE

Plus le temps passe et plus je t'aime,
0 vieux pays
Demeuré fidèle à toi-même
Sous les taillis.

Pays des forêts verdoyantes
Et des vallons,
Où le peuple des eaux riantes
Dit sa chanson.

Pays des fêtes végétales
Quand tout renaît ,
Pays des hautes digitales
et des genêts.

Pays des rêves séculaires
Jaillis du sol
En même temps que ces eaux claires
Chantant en sol.

Pays de la torche allumée
Au haut des monts
Où le vent noir poussait l'armée
De ses démons.

Pays des antiques facondes
Au temps sacré
Où Bibracte affrontait le monde
Sur le Beuvray...

Pays fruste et sans haut lignage
Ni grands rabats,
Dont le seul rude témoignage
Fut le combat.

Pays de paysans ; jachère
Dure à l'outil ;
Où peine jamais ne fut chère
A l'apprenti.

Pays de bouviers et de braves
Sol sans appoint
Où le granit a ses enclaves
Plus qu'en nul point.

Pays raconteur de légendes,
Pays maudit
Où les sorciers vivaient en bandes,
A ce qu'on dit!

Pays fort où rien ne s'enlise
Ni ne se rompt.
Pays des anciennes églises
Aux porches ronds.

Pays des fastes médiévales,
- Autun, Saulieu -
Dans l'essor de ces cathédrales
Sur les hauts-lieux...

0 Morvan, que ton âme rude,
Longtemps encor,
Hante la verte solitude
De tes décors !

En dépit des bruits de la terre
Venant vers toi,
Ne laisse pas fuir le mystère
Né dans tes bois.

Que les belles routes qui montent
Vers tes sommets
N'éloignent pas de toi ces contes
Que l'on aimait.

Dédaigneux de tous les grands thèmes
Fallacieux,
Garde-toi semblable à toi-même
Sauvage un peu...

0 pays de roses bruyères,
Que soit banni
Ce qui corromprait l'âme fière
De tes granits !

De ces faux dieux dont on s'encombre,
Narguant la voix,
" Mor ven ", noir pays, terre sombre,
Garde ta loi !