Georges Riguet  > Son oeuvre  > Poèmes 

LE PAYS NATAL


ART LITTERAIRE

BOURGOGNE, SOL JOYEUX...

CANTILENE RUSTIQUE

CE BEAU TEMPS D'AUTOMNE

CHANSON D'ÉTÉ

CHÈRE SOUVENANCE

CIVILISATION

CYCLAMENS

DOUCES RACINES

IN MEMORIAM...

JE CROIS T'AVOIR TOUJOURS CONNUE

L'ÂME DU MORVAN

LA FORET

LA JOLIE RUE

LE BALLON

LE BONHEUR

LE CHEF DE GARE

LE CRAPAUD

LE DOMAINE INCONNU

LE PAYS D'OÙ JE VIENS

LE PRINTEMPS QUI S'ÉVEILLE

LES HEURES

LES VIEUX CHEMINS

NOVEMBRE

PAPILLON D'ÉTÉ

PAREIL AU VENT

POUR LES DEFUNTS DE LA PAROISSE

REVE D'ECOLIER

SOIR AU VILLAGE

SUR UN AIR DE VIELLE

Visage des rochers, musique de l'eau vive,
Jeux du vent querelleur aux portes des vallons,
Parfums de l'herbe et du printemps quand il arrive
Et vous, coteaux sous vos chapeaux de paille blonds

Serpents entrelacés des charmilles feuillues,
Chemins où le silence est le seul compagnon,
Chanson des pigeons blancs sur les tuiles moussues,
Et toi, ruisseau caché qui ne dis pas ton nom...

Campagne de chez nous, bruyères morvandelles,
Cailloux de la montagne et galets de l'Arroux,
Clocher, sapins, moutons, porche aux nids d'hirondelles,
Hameaux cachés, pays fermé comme au verrou....

Soleils d'avril sur les châtaigniers centenaires,
Coups de sifflet du merle au faîte du buisson,
Et vous, matins de mai : rivières de lumières,
Lilas épanouis, cerisiers blancs, chansons...;

Moissons au crépuscule, adorable fournaise,
Derniers feux du soleil sur les étangs tiédis,
Voyage des oiseaux dans le vent qui les pèse,
Nuits dans la plaine et leur tiédeur de paradis...;

Sillons d'octobre... Ô robe d'or des feuilles chaudes !
Brisures de l'azur dans les cieux déréglés,
Pauvre fontaine en pleurs dans le brouillard qui rôde,
Jardins en deuil de tous les oiseaux en allés...;

Ô saisons d'autrefois sur les vallons que j'aime,
Mon pays, mon pays, village aux douces lois,
J'entends tes carillons comme ceux d'un baptême
Tout au fond des chemins que je retrouve en moi.

Je n'ai rien oublié, ni le puits, ni la grange
Ni le mur aux lézards et le banc vermoulu.
Le plus banal objet revêt un charme étrange,
Image des bonheurs qui ne reviendront plus.

Printemps, printemps perdus ; jeux d'enfants sur le sable;
Étés de ma jeunesse, ô papillons dorés,
Où menez-vous votre cortège insaisissable
Et cette ronde qui chavire au bord des prés ?

 

Secrétariat du Prix : Madame Monique LABAUNE - 17, route de Montcoy - 71670 - Le Breuil