Georges Riguet  > Son oeuvre  > Poèmes 

REVE D'ECOLIER


ART LITTERAIRE

BOURGOGNE, SOL JOYEUX...

CANTILENE RUSTIQUE

CE BEAU TEMPS D'AUTOMNE

CHANSON D'ÉTÉ

CHÈRE SOUVENANCE

CIVILISATION

CYCLAMENS

DOUCES RACINES

IN MEMORIAM...

JE CROIS T'AVOIR TOUJOURS CONNUE

L'ÂME DU MORVAN

LA FORET

LA JOLIE RUE

LE BALLON

LE BONHEUR

LE CHEF DE GARE

LE CRAPAUD

LE DOMAINE INCONNU

LE PAYS D'OÙ JE VIENS

LE PAYS NATAL

LE PRINTEMPS QUI S'ÉVEILLE

LES HEURES

LES VIEUX CHEMINS

NOVEMBRE

PAPILLON D'ÉTÉ

PAREIL AU VENT

POUR LES DEFUNTS DE LA PAROISSE

SOIR AU VILLAGE

SUR UN AIR DE VIELLE

Sur le bord du dictionnaire,
un bouvreuil s'était posé,
Qui lisait à sa manière
Ses lettres de l'abécé.

Autour de la mappemonde,
Voguait un papillon blanc.
(Il faisait le tour du monde,
Comme autrefois Magellan).

Un corbeau portant lunettes
Écrivait au tableau noir
Toutes sortes de sornettes
Sur le compte du renard...

Pendant la leçon d'histoire
Où l'on eût pu s'ennuyer,
Une souris venait boire
Dans le trou de l'encrier...

La classe était envahie
Par tout un peuple charmant,
Qui, du chevreuil à la pie,
Donnait son enseignement.

Le dindon parlait grammaire,
Le chat comptait sur ses doigts,
Et l'âne occupait la chaire
Sans qu'on sache trop pourquoi!

D'orthographe et d'analyse,
Nul n'avait souci beaucoup,
Attentif comme à l'église,
On écoutait le coucou.

A peine y pourrez-vous croire,
Tant le cas est peu fréquent:
Tous les livres de l'armoire
Avaient pris la clé des champs!

Ne sachant plus où se mettre,
Et très gêné dans son coin,
Le maître n'était plus maître,
Ni du mètre, ni de rien...

Pourtant, jamais les élèves
Ne s'étaient si bien tenus,
Tant cette école de rêve
Plaisait à nos ingénus.

Chacun, selon son caprice,
Disposait d'un oreiller...
C'est le moment où Maurice,
Dans son lit, s'est réveillé.

 

Secrétariat du Prix : Madame Monique LABAUNE - 17, route de Montcoy - 71670 - Le Breuil